Comment rater à coup sûr sa création d'entreprise ? de Laure Grynbaum

Catégorie : , le 31/03/2011.
Laure Grynbaum, auteur de "Comment rater à coup sûr sa création d'entreprise ?"

Laure Grynbaum est chef d’entreprise. Après avoir occupé de nombreux postes à hautes responsabilités au sein d’entreprises commerciales, elle décide en 2004 de créer «Créateurs en galère» pour accompagner les porteurs de projet dans leur objectif de construction d’une entreprise pérenne. Dans son livre, « Comment rater à coup sûr sa création d’entreprise ? », elle tord le cou aux idées reçues. Attention, elle ne cherche pas à briser nos rêves d’entrepreneur juste à nous alerter.

Comment est née l'idée de ce livre ?

J’ai créé il y a 7 ans, Créateurs en Galère pour soutenir, aider et accompagner les porteurs de projets de la conception à l’immatriculation de leur entreprise en passant par tout le travail préparatoire. Face au discours ambiant autour de la création d’entreprise qui nous fait croire qu’on peut monter une boite en 3 clics, j’ai eu envie et besoin de remettre les pendules à l’heure.

Ce fantasme autour de la création d’entreprise est-il typiquement français ?

Typiquement je ne sais pas, mais il est très français.  En août 2009, le site monster.com avait demandé à 2355 salariés français ce qu’ils feraient s’ils gagnaient au loto. Moins d’un sur six a répondu qu’il ne changerait rien à sa vie professionnelle, moins d’un sur trois qu’il partirait en vacances à durée indéterminée et plus d’un sur deux qu’il créerait son entreprise ou rachèterait la sienne. Dans le même temps, un sondage IFOP de Janvier 2011 pour Sud-Ouest, nous révèle que 52 % des français souhaitent conserver les acquis des 35 heures. Cherchez l’erreur. Monter une entreprise demande beaucoup d’investissements, en temps comme en argent. En faisant croire aux gens que cela peut se faire en un claquement de doigts, on ne leur rend pas service.

Ce livre c’est un vrai coup de gueule. Que reprochez-vous concrètement au discours sur la création d’entreprise ?

Pour moi, il est évanescent et léger. Il suffit de regarder le logo de l’auto-entreprise, un ballon qui s’envole et qui sourit. Tout cela est faux. Créer une entreprise c’est tout sauf simple et léger. Aujourd’hui, 660 000 auto-entrepreneurs sont inscrits pour un chiffre d’affaires global de 2,9 milliards d’euros, ça fait 4300 euros de chiffre d’affaires annuel par auto-entrepreneur. Et chiffre d’affaires ne signifie pas bénéfice. Aujourd’hui, aucune entreprise ne peut vivre avec un chiffre d’affaires annuel de 4300 euros.

Selon moi, l'auto-entreprenariat est bien une création d'entreprise comme une autre avec ses passages obligés et ses règles. Si je vous comprends bien, selon vous le statut de l’auto-entrepreneur est une fumisterie ?

Avant de vous répondre, je voudrais préciser que mon coup de gueule n’est absolument pas à destination des auto-entrepreneurs. Le problème réside dans le régime. Je reçois tous les jours des auto-entrepreneurs qui sont inscrits depuis 18 mois et qui n’ont facturé que 2 ou 3 fois. Le problème c’est qu’on fait croire aux gens que choisir ce régime va leur permettre de sortir du chômage ou de la précarité. Fiscaliser le chiffre d’affaires comme le stipule le statut c’est une aberration économique. La vérité est crue mais le régime de l’auto-entrepreneur a été créé pour détricoter le droit du Travail. Le résultat c’est la précarisation du travail non-salarié.  Il suffit de voir le nombre d’étudiants et de seniors qu’on a licencié qui s’y sont engouffrés. Mon discours peut paraître un peu dur mais il faut se rendre à l’évidence, monter une entreprise demande du temps, de l’argent et des investissements. Le risque 0 comme le vante le régime de l’auto-entrepreneur est un leurre.

Cela veut dire que selon vous, il n’existe pas d’auto-entrepreneurs heureux ?

Bien sûr qu’il existe des auto-entrepreneurs heureux. Je dis juste que ceux-là sont minoritaires. L’auto-entreprise peut être une bonne chose pour un complément d’activité pour des personnes qui travaillent à mi-temps ou à ¾ temps, ou des personnes à faibles revenus qui voudraient gagner plus.

Laure Grynbaum, "Comment rater à coup sûr sa création d'entreprise", Editions de la Crise, 9,80 Euros, 138 pages.

Et vous auto-entrepreneurs, qu'est ce que vous inspire les propos de Laure Grynbaum ? Etes-vous d'accord ? Au contraire, trouvez-vous ses propos décourageants et alarmistes ? Qu'avez-vous envie de lui répondre ? Exprimez-vous !

2 commentaires

Olivier B, le 04/04/2011 à 22h49 :

bonjour, cette dame a tout à fait raison. monter sa petite entreprise n est pas de tout repos. connaitre son metier est une chose, devenir comptable et gérer l administratif est est une autre. les journées de travail sont souvent plus près de 16 heures que de 7. pas de 35 heures pour les auto-entrepreneurs. il vaut mieux prendre un maximum de renseignements avant de se lancer, bien réfléchir. pour ma part j ai étalé ma création sur plus de 4 ans. bonne continuation à tous.

Virginie GUEDJ-BELLAÏCHE, le 05/04/2011 à 16h47 :

Olivier, Parfaitement d'accord avec vous. Dommage que ce genre de discours ne passe pas toujours. Laure Grynbaum ne tire pas à boulets rouges sur les auto-entrepreneurs mais elle pose de vrais questions sur le régime